Tout Angers s’engage

 

 

Les locaux du 3e Œil-Angers seront ouverts au public le 31 mai de 17h à 20h. Que vous soyez débutants ou amateurs aguerris, venez rencontrer les membres du club et parlez de vos projets cinématographiques, de vos attentes.
Nous vous attendons nombreux.

 

Palmarès des 74e rencontres de l’UCCVO

Les 74es rencontres régionales de l’UCCVO se sont terminées dimanche soir avec un palmarès plus qu’ honorable pour le 3e Œil-Angers : 7 prix pour 9 films présentés.
 
Ouestern pour « Minakshi » de Françoise Brémaud
Prix du son pour « La mélodie des steppes » de Claude Benhammou
Prix de la meilleure interprétation pour Anne Laure Prono dans « Dilemme » de Monique et Claude Jouy
Prix de l’expression libre pour « Un bonheur qui ne s’engrange pas » d’Yves Perdriau
Prix spécial du jury et prix du public pour « En panique » de Jean François Goujon
Prix Ciné Ouest pour « L’adieu » de Jean Claude Michineau
 
Par ailleurs trois de nos films sont sélectionnés pour les rencontres nationales de la FFCV à Soulac :
  • L’adieu
  • En panique
  • Un bonheur qui ne s’engrange pas
 
Le jury
Jean Claude Michineau
Jean François Goujon
Yves Perdriau
Françoise Brémaud
Claude Jouy

Soirée vidéo à Brain sur l’Authion

Cela faisait longtemps que le 3e Œil n’avait pas fait de projection à la médiathèque de Brain sur l’Authion. La pandémie avait bloqué les projets.

Pour la reprise une vingtaine d’habitués (un peu moins qu’avant, mais la COVID est toujours présente) étaient venus assister à une nouveauté : une séance de ciné-lecture ayant pour thème les jardins et la nature.

Une belle soirée qui semble avoir été appréciée.

Appel à film

Festival « Si la Terre tourne… »

Durant un week-end, le 3 et 4 septembre 2022, le village de Reugny (37) accueille un festival de cinéma unique en son genre. Un parcours de projection chez l’habitant !

Le film doit correspondre aux critères suivant :
– Court-métrage de moins de 30 minutes (En FR ou VOST FR)
– Thème : l’écologie (Au sens large)

La fête du court-métrage

Qu’est ce que La Fête du court métrage ?
Manifestation annuelle, La Fête du court métrage est née de la volonté de mieux faire connaître le court métrage au plus grand nombre. Pendant une semaine, cinéphiles ou néophytes, jeunes publics, familles et passionnés, explorent la magie du court, partout en France et à l’international, à l’occasion de cette grande fête gratuite et ouverte à tous.

À chacun sa fête !
Chaque année, La Fête du court métrage élabore une programmation officielle – avec le soutien de L’Agence du court métrage – pensée pour valoriser le meilleur du court, s’adresser à tous les âges et publics et mettre en avant les grand(e)s réalisateurs(rices) de demain.
Cette programmation est rendue accessible gratuitement à tout lieu ou personne souhaitant diffuser des programmes de films courts durant la période de l’évènement.

Courts métrages à volonté
Au-delà des projections organisées partout en France et à l’international, La Fête du court métrage est aussi l’occasion d’animations, rencontres ou encore ateliers d’éducation à l’image dans plusieurs villes ambassadrices. Pour participer, échanger, fabriquer, apprendre et amener le cinéma à la portée de tous.

Week-end à Hellemes

Trois films du 3e Œil-Angers avaient été sélectionnés pour le festival de nos amis du nord le 5 mars dernier :

  • Rencontre de Claude et Monique Jouy
  • Satan de Jean-Claude Michineau
  • Un fleuve à bout de forces de Françoise Brémaud

Seul Satan a été récompensé d’un 2e prix du reportage/documentaire, le palmarès complet étant visible sur le site de LMCV.
Nous avons cependant passé de bons moment dans le froid mais avec un
ciel uniformément bleu.

Le jury

Etre membre d’un jury

Je vous propose des extraits d’un article de Dina Iordanova paru dans « The conversation »  le 19 novembre 2017

 

Les membres d’un jury ne sont pas un groupe d’amis qui passent d’un festival à l’autre. En général, les jurys sont composés d’individus avec des parcours et des origines différentes, qui se connaissent très peu entre eux. On se rencontre le premier jour du festival et, après la soirée de clôture, il est probable que nos trajectoires ne se recroisent jamais.

En quelques jours, nous devons nous accorder sur des sujets qui touchent tous les aspects de nos préférences esthétiques, et mettre à l’épreuve nos principes éthiques et politiques. Pour que l’expérience soit significative, l’interaction au sein du jury doit reposer sur la reconnaissance et le respect de la diversité. Un ego pas trop marqué et un bon sens de l’humour facilitent grandement les échanges.

Après quarante heures de visionnement, trois heures de discussion ont été nécessaires pour nous décider sur les cinq documentaires à récompenser. Nous avons procédé par présélections et de classements. En tant que jurés, donner la faveur aux films qui apparaissaient sur la plupart de nos listes a été la chose la plus aisée. Le débat le plus intense était réservé aux films qui n’avaient pas été choisis de façon unanime. Au final, il ne s’agit pas de compromis mais de consensus.

Traduit de l’anglais par Mathieu Lericq